Les journées de la solitude


Lorsque vous pensez à la solitude que vous vient-il à l’esprit ? Le calme ? La sérénité ? L’abandon ? L’ennui ? L’exclusion ? Chacun de nous a vécu des moments de solitude. Certains les savourent car ils procurent une occasion inestimable de plonger en soi, de prendre le temps de s’arrêter, de réfléchir, d’apprécier la vie, de faire le point, de reprendre contact avec l’essentiel. Lorsque ces moments sont recherchés et choisis, ils sont très bénéfiques. Mais, lorsque les moments de solitude se prolongent malgré nous, lorsque nous les subissons, ils peuvent occasionner une grande détresse. En fait, la manière dont nous vivons la solitude dépend beaucoup du contexte dans lequel elle s’inscrit et de nos expériences passées de solitude.

Pour mieux apprivoiser les contextes de solitude

La solitude : un état temporaire ?

La solitude peut être un état temporaire qui s’installe lorsqu’un changement majeur survient dans notre vie; une rupture amoureuse, un déménagement ou l’arrivée dans un nouvel environnement professionnel ou académique en sont des exemples. À ces périodes d’adaptation s’ajoute souvent l’effritement du réseau social qui nous supportait jusque-là. Faire face à beaucoup de nouveautés lorsque nous nous sentons seul ne va pas toujours de soi. Nous devons parfois déployer beaucoup d’efforts pour nous adapter à notre nouvelle situation : prendre des initiatives, s’ouvrir aux autres afin de créer de nouveaux liens, répondre à de nouvelles exigences, demander de l’aide au besoin, développer de nouvelles habiletés, se trouver de nouvelles activités. Tout cela ne vient pas naturellement à tout le monde !

La solitude : une réalité différente selon chacun

Pour bon nombre d’entre nous, le vécu de solitude perd de son intensité une fois la période d’adaptation passée. Un nouveau réseau social se met en place et l’équilibre est rétabli. Par contre, il arrive aussi que certains souffrent de solitude malgré des contextes de vie relativement stable. Il s’agit alors d’un état intérieur qui persiste et qui témoigne d’un rapport à soi plus douloureux. Les personnes qui souffrent de solitude chronique présentent des caractéristiques communes. Elles partagent une vision généralement plus négative d’elles-mêmes et des autres de sorte qu’elles évitent davantage les contacts avec les autres de peur du rejet. La crainte d’être mal-aimé, de ne pas intéresser, la manque d’estime de soi, le sentiment d’être moins compétent socialement que les autres, les sentiments de vide intérieur, de lassitude sont des états qui conduisent à la solitude et l’entretiennent. Le manque de persévérance, la tendance à fantasmer le futur plutôt qu’agir et l’évitement des situations perçues comme menaçantes sont également des caractéristiques fréquemment rencontrées chez les personnes qui se sentent seules sur de longues périodes.

Apprivoisez votre solitude

Qu’elle soit transitoire ou chronique, la solitude s’apprivoise ! Pour les personnes qui sont intolérantes à la solitude parce qu’elle est associée à une trop grande souffrance, l’objectif sera d’abord de réduire les contextes de solitude. De courtes périodes de solitude vont permettre d’en profiter alors que si elles ne sont pas circonscrites elles génèreront plus d’inconfort. 


Quelques stratégies pour réduire les contextes de solitude et améliorer votre bien-être.


1. Identifier les situations propices au sentiment de solitude

La première chose à faire est d’identifier les situations dans lesquelles vous éprouvez un sentiment de solitude. Que faites-vous lorsque cela arrive ? Que vous dites-vous ? Quel est votre besoin ? Est-ce que votre sentiment de solitude est causé par un manque de réseau social ? Est-ce lié à un manque de confiance qui vous amène à diriger votre vie en fonction de vos craintes davantage qu’en fonction de vos besoins profonds ?

2. Cherchez un soutien social

La recherche de soutien social est une véritable stratégie, efficace pour sortir de la solitude. Contactez d’anciens amis, invitez vous voisins et collègues d’études, fréquentez votre famille, allez sur Internet faire des rencontres. Pensez joindre les bonnes personnes selon vos besoins. Vous souffrez d’anxiété sociale et cela vous paralyse dans vos démarches ? Si votre anxiété vous empêche de fonctionner normalement, pensez consulter un professionnel.

3. Soyez actif !

Soyez actif ! Recherchez les activités qui vous tiennent à cœur, vous procurent du plaisir. Occupez-vous ! Ces activités peuvent être physique (sport, yoga), manuelle (cuisine, activités artistiques) ou intellectuelle (lecture, apprendre une nouvelle langue). L’avantage d’entreprendre des activités est que cela occupe l’esprit, change les idées, oriente vers l’action et moins vers les pensées (souvent automatiques) qui nous tourmentent lorsque nous sommes seuls. Faire des activités est aussi une bonne occasion de rencontrer de nouvelles personnes qui ont des intérêts, des goûts, des valeurs semblables aux nôtres.

4. Développez votre capacité à vous organiser

Développez votre capacité à vous organiser.  Planifier son temps permet d’encapsuler les périodes de solitude. Faire les choses au fur et à mesure, éviter la procrastination, permet de rehausser l’estime de soi et le sentiment d’efficacité personnelle. Fixez-vous des objectifs précis. Développer ses relations sociales est un objectif trop large. Faire une liste de gens que l’on connaît et se fixer comme objectif d’appeler tous les jours une personne de sa liste est un objectif plus précis et qui a plus de chance de se concrétiser.

5. Profitez des moments de solitude

Profitez des moments de solitude pour entreprendre des choses que vous n’avez jamais le temps de faire en temps normal; ranger, trier vos papiers, réaménager votre intérieur, etc.

6. Prenez soin de vous

Prenez soin de vous. Pour être bien dans sa tête, il faut aussi être bien dans son corps. Développez une hygiène de vie saine. Faites-vous plaisir en cuisinant de bons plats, ne négligez pas le sommeil, couchez-vous à heure fixe et tôt, sortez chaque jour pour faire un peu d’exercices.

7. Profitez-en pour mieux vous connaître

Profitez-en pour mieux vous connaître. Les contextes de solitude offrent une occasion inestimable de pratiquer l’introspection. Pratiquez la relaxation, la méditation, faites- vous un journal de bord afin d’y consigner vos réflexions, vous laisser porter par vos envies, vos aspirations. Écrire vous permet de consigner vos pensées. Dès qu’une idée, une information vous paraît intéressante, inscrivez-là. Si un projet vous paraît réalisable, voyez comment vous pourriez le mettre en place. Vous constaterez graduellement que prendre le temps d’écrire augmentera votre créativité. Vous accéderez à une meilleure connaissance de vous-même et vous prendrez davantage compte de vos besoins. Vous prendrez également davantage conscience des pensées automatiques qui nuisent à votre bien-être.

8. Prévoyez un plan d’urgence pour les situations de crise

Prévoyez un plan d’urgence pour les situations de crise où vous êtes en proie à une grande détresse. Planifiez vos semaines pour ne pas avoir de longues périodes durant lesquelles vous serez seul et oisif. Contactez vos amis à l’avance, faites une liste d’activités à entreprendre lorsque vous faites face à une trop grande solitude.  N’oubliez pas, aucune activité n’est insignifiante. L’important étant de vous mettre en action !



Ce contenu vous a-t-il été utile?
Oui
Non
 Vous avez d’autres questions ?
 Envoyer une demande »