Sensibilisation et prévention des troubles de l'humeur


Sommaire


Il n’est pas toujours évident de côtoyer une personne déprimée.  On voudrait lui donner de l’énergie et le goût de vivre, lui enlever un fardeau, solutionner ses problèmes et la calmer.  Bref, lui montrer qu’elle est vraiment aimée.  Nous supportons difficilement de voir une personne chère souffrir et on voudrait tellement qu’elle aille mieux que nos tentatives pour l’aider peuvent avoir l’effet inverse de ce qu’on souhaite.


Comment aider une personne déprimée ?

Voici quelques pièges à éviter pour aider une personne déprimée.


Inciter la personne déprimée à oublier et à vite passer à autre chose. 

Par exemple, en lui disant après une rupture amoureuse: « un de perdu, dix de retrouvés ».  Sans le vouloir, on banalise ce que cette personne ressent.  Un moment pour reconnaître et valider les émotions liées à la perte est nécessaire avant les encouragements et les remises en perspective.

 

Dire quoi faire ou faire à sa place.

Les « tu devrais… » ou « il faut… » peuvent avoir un effet dévalorisant pour la personne déprimée qui sentirait qu’on confirme sa perception d’être inadéquate et incapable.  Il est souhaitable de commencer par vérifier ce dont elle a besoin et ce qui pourrait l’aider avant de prodiguer des conseils et de miser davantage sur le soutien et la collaboration que sur la prise en charge.

Tenir des propos culpabilisants dans l'espoir de raviver la motivation et la mise en action.

Des phrases comme « bouge-toi, tu es plus fort que ça»,  « tu sais, il y a pire que toi… » augmentent la culpabilité que la personne déprimée sent de ne pas être capable de passer à travers rapidement.  Voulant l’aider en « la fouettant », nous pourrions aussi nous retrouver en train de stimuler son sentiment d’être incomprise et augmenter sa colère.  Nous pourrions plutôt essayer de faire preuve d’empathie pour mieux comprendre l’expérience de l’autre et tolérer les émotions « négatives » qui, une fois exprimées et comprises, sauront guider la personne vers des actions plus satisfaisantes.

Pousser la personne déprimée à s'amuser.

En l’incitant à faire la fête « comme les autres », à consommer de l’alcool ou de la drogue pour s’éclater ou s’évader, nous risquons fort de minimiser ses difficultés et de lui laisser l’impression qu’on ne comprend pas l’importance de ce qu’elle vit.  Elle pourrait alors s’isoler davantage ou encore fuir dans le divertissement et les comportements impulsifs.  Il est souhaitable de plutôt offrir notre réelle présence ; entre autres, par la qualité de notre écoute.  Des activités pour être ensemble et échanger seront bienvenues.


Ce contenu vous a-t-il été utile?
Oui
Non
 Vous avez d’autres questions ?
 Envoyer une demande »