Prévention du suicide


Que faire quand on est proche d’une personne suicidaire?

Les amis et parents d’une personne en détresse sont souvent les mieux placés pour observer des changements dans son comportement sans pour autant trop savoir comment l’aider. Voici donc quelques façons de répondre à ses besoins.

Sachez reconnaître les signes

De façon générale, un geste suicidaire ne survient pas comme un coup de tonnerre dans un ciel serein. La personne suicidaire verra son fonctionnement de plus en plus affecté par ses difficultés émotionnelles. Les symptômes dépressifs sont les premiers signes à se manifester. 

 

Il y a plus de risque que cette personne devienne suicidaire si elle vit plusieurs événements stressants en même temps et que les perturbations dans son fonctionnement sont étendues et persistantes. Elle peut commencer à jongler avec l’idée de suicide qui lui apparaît comme une solution à ses difficultés. Cette idée est souvent stoppée quand elle obtient de l’aide. Sinon l’idée suicidaire se présente de plus en plus fréquemment et alors des scénarios de suicide commencent à s’élaborer. C’est à ce moment que des menaces suicidaires claires ou voilées sont communiquées à l’entourage. Certains comportements se manifestent souvent juste avant un geste suicidaire :


Des conseils pour mieux aider une personne suicidaire

Des hésitations à aborder directement le suicide?

  • Mieux vaut aborder directement la question du suicide avec la personne plutôt que de rester dans l’anxiété de ne pas savoir.  Être inquiet ou préoccupé par la condition d’un proche n’est pas une critique de celui-ci. 
  • Ne craignez pas de lui donner une idée qu’elle n’avait pas en la questionnant à ce sujet.  On ne peut rendre une personne suicidaire en lui parlant du suicide ni déclencher un geste suicidaire. C’est plutôt le contraire. En brisant le tabou du suicide, la personne suicidaire sort un peu de sa solitude, car elle a alors l’occasion de parler de ce qui ne va pas. 
  • Parfois l’entourage a l’impression d’être manipulé. Dans les faits, même quand elles expriment un désir de culpabiliser l’autre, les menaces suicidaires révèlent un profond désarroi. L’ignorer, c’est courir le risque de provoquer une détresse additionnelle d’où l’importance de refléter la gravité de ces propos.
  • Il ne faut ni dramatiser ni banaliser une intention suicidaire. Quand une personne exprime des idées suicidaires, elle communique une détresse et attend une réponse. 

À partir du moment où l’on sait les intentions suicidaires, des actions peuvent être prises. 

Comment parler du suicide?

  • Vous pouvez lui dire que vous avez remarqué des changements en elle et que vous vous demandez s’il lui arrive de penser à se suicider.
  • Vérifiez la fréquence des idées suicidaires.
  • Demandez-lui si elle a planifié comment elle réaliserait sa tentative de suicide, où et quand elle songe le faire.
  • Si elle a un plan précis, les moyens de réaliser un geste suicidaire et que le délai est de moins de 48 h, alors il faut l’accompagner à l’urgence de son hôpital de secteur ou contacter le 911.

Dans le cas où des pensées suicidaires sont présentes sans plan nettement défini, exprimez-lui votre inquiétude en l’incitant à consulter une ressource professionnelle. 

À l’Université, il est possible de rencontrer rapidement un psychologue au Centre de santé et de consultation psychologique. Il suffit de composer le 514 343-6452. Des rendez-vous sont offerts tous les jours de 11 h à 15 h 30.

Ne pas rester seul

  • Ne jamais garder le secret sur une intention suicidaire révélée. C’est un piège à éviter, car du coup on devient la seule personne en mesure d’aider ce qui est trop lourd comme responsabilité. Cela isole et coupe de l’ensemble des ressources qui peuvent lui venir en aide.  Et le suicidaire peut avoir l’impression qu’on consent tacitement à sa mort même si ce n’est pas le cas. On peut cependant l’assurer d’une discrétion et éventuellement lui dire à qui on pense se confier soi-même.
  • Consulter des ressources professionnelles au besoin. Il peut s’agir de parler avec un psychologue pour chercher des façons d’aider cette personne et pour obtenir du soutien pour soi-même. Vous pouvez contacter le Centre de santé et de consultation psychologique en composant le 514 343-6452 et demander un rendez-vous avec un psychologue. Au Québec, le 1 866 APPELLE peut, en tout temps, proposer des conseils utiles aux proches des personnes suicidaires.

Agir en tant que proche

  • L’assurer de votre présence
  • Manifester votre attachement, lui dire que vous tenez à elle.
  • Proposer un soutien qui tient compte aussi de vos propres limites de temps et d’énergie.
  • Prendre de ses nouvelles.


Ce contenu vous a-t-il été utile?
Oui
Non
 Vous avez d’autres questions ?
 Envoyer une demande »